Victor Hugo

POLITIQUE DE LA FAMILLE

De la politique familiale…

Agir réellement pour la famille suppose de commencer par une révolution des esprits et des habitudes installées. Il faut en effet sortir du schéma habituel, celui de la politique familiale, et donc voir plus loin que les seuls aspects allocatifs et fiscaux.


Si cette politique a été adaptée aux années qui ont suivi son élaboration, au sortir de la Guerre de 39-45, elle n’est plus suffisante aujourd’hui.
Cette politique familiale aurait déjà dû inclure, depuis des années, les champs juridique, éducatif, judiciaire, économique… mais aussi anthropologique et bioéthique. Cela aurait pu éviter bien des erreurs dont il est difficile de se sortir des années après. La PMA avec donneur anonyme, par exemple, est préjudiciable à l’intérêt supérieur de l’enfant. Elle a pourtant été légalisée sans que la problématique du lien entre l’enfant et son père ne soit fait, les associations familiales n’étant pas écoutées et le Ministère de la famille de l’époque n’étant pas intervenu, laissant le champ libre – comme toujours dans le domaine bioéthique - au seul Ministère de la Santé.
Autre symptôme de l’absence d’intérêt accordé à la famille : les ministères successifs de la famille ne sont pas de plein exercice et ses responsables ne travaillent pas de manière transversale avec l’ensemble des ministres.
La famille, pourtant, accueille et éduque les enfants. Moteur de l’économie, elle assure l’avenir de la société. La famille est aussi un lieu irremplaçable de dignité et de solidarité, rempart contre l’exclusion et la solitude. C’est pourquoi la famille est plébiscitée par les Français. agir au bénéfice de la famille, c’est agir au bénéfice de tous.

« Agir au bénéfice de la famille, c’est agir au bénéfice de tous ! »




... A LA POLITIQUE DE LA FAMILLE

En ce début de XXI e siècle, il est urgent d’aller bien au-delà de cette politique familiale pour mettre en place, enfin, une « politique de la famille » ambitieuse, cohérente et prospective.


Pour une politique de la famille bénéfique à tous les citoyens comme à l’ensemble de la société, nous proposons des fondements cohérents avec notre constitution comme avec les conventions internationales.
Ces fondements, ou principes, sont issus du Grenelle de la famille. Celui-ci a été organisé en 2013-2014 par La Manif Pour Tous. Cinq mille Français de toutes les régions ont participé à cette démarche. Voici ces principes :
  • La famille, socle naturel et fondamental de la société, est une communauté autonome et responsable. Elle doit être reconnue, protégée et soutenue.
  • Le mariage doit être protégé par la nation et défini comme l’engagement public durable que prennent librement un homme et une femme l’un envers l’autre pour s’aimer, fonder une famille et éduquer leurs enfants.
  • Tout enfant est né d’un homme et d’une femme. Il a le droit d’être élevé par son père et sa mère ou, s’il est privé de sa famille d’origine, par un père et une mère adoptifs. L’Etat ne peut en aucun cas priver délibérément un enfant de ce droit.
  • L’enfant n’étant la propriété de personne, il ne peut être l’objet d’aucun don, ni avant, ni après sa conception. La grossesse ne peut être l’objet d’aucun contrat. L’Etat combat toute atteinte portée à ce double principe aussi bien sur son territoire que dans le cadre de sa politique étrangère.
  • Il appartient au père et à la mère de déterminer et de choisir l’éducation de leurs enfants. L’Etat ne peut remettre en question ce droit.
  • L’Etat contribue au bien commun et à la pérennité de la société par une politique de la famille universelle. Celle-ci doit favoriser le renouvellement des générations et la solidarité entre elles ; elle permet l’accueil et l’éducation de l’enfant par son père et sa mère.
  • L’impôt sur le revenu est payé par le foyer fiscal dans le respect et en fonction de sa capacité contributive, qui se traduit dans le quotient familial.
  • En éduquant leurs enfants, les parents rendent à la communauté nationale un service qui doit être reconnu.
Même si cela n’apparaît pas de prime abord, ces huit principes impliquent un très grand nombre de mesures concrètes 1 , dont la mise en œuvre constituerait une véritable révolution.

Famille menacée, société en danger !

Document à télécharger
Rapport « Politique de la famille et intérêt de l’enfant », 40 propositions concrètes » :

Partager l'image

Partager la page

Partager l'image

Partager l'image

Laisser son mail pour être informé