Bérénice Levet

Figarovox 22 janvier 2016

EDUCATION/ ECOLE

Une école en échec

Parler de l’école aujourd’hui, c’est faire le constat d’un système qui fabrique de l’échec scolaire. C’est constater aussi que « l’ascenceur social » est en panne.

La dernière enquête PISA, en 2013, a montré que la France avait le système scolaire le plus inégalitaire des pays de l’OCDE, celui qui conserve le plus les inégalités sociales d’origine.
« Il y a eu un moment où l’école républicaine savait découvrir les élites intellectuelles dans toutes les classes de la population, et les formait. (…) Aujourd’hui, nous avons sous ses yeux la reproduction des élites – exactement le contraire du résultat escompté qui est l’égalité de tous. Comme cela est-il arrivé ? Pour donner leur chances aux meilleurs venant de partout, il faut être exigeant. Si, au contraire, on rabaisse toutes les prétentions du savoir, alors on supprime toute élite, y compris bien sûr celles venant des classes défavorisées. Finalement, seuls s’en sortent ceux qui ont reçu une éducation exigeante dans leur famille. »
Chantal DELSOL, 23 mars 2016
Pour un enseignement secondaire d’excellence en France


Depolitiser l'école

« Les écoles doivent rester l’asile inviolable où les querelles des hommes ne pénètrent pas. » (Jean Zay)

L’école ne doit, en aucun cas, être le lieu de diffusion d’une idéologie. Elle doit être protégée des courants de pensée à la mode.
Il est ainsi inacceptable que les manuels scolaires soient autant influencés par l’idéologie du genre. Cette idéologie n’a pas sa place dans les programmes des élèves de la maternelle au lycée.






Repenser l'école

L’école doit permettre à l’enfant d’avoir une ouverture sur le monde, une structure pour l’affronter et la connaissance pour y évoluer. Pour que l’école puisse y parvenir, il faut repenser le rôle de ses principaux moteurs : les élèves, les familles et les enseignants.


La place de l’élève doit évidemment être repensée : repenser la hiérarchie pour rétablir la relation maitre/élève et redonner tout sa place à la discipline.
Par ailleurs, les familles doivent reprendre leur place. Elles doivent être intégrées au projet éducatif de l’établissement. Etablissement que chaque famille devrait avoir le droit de choisir : avec une carte scolaire plus flexible permettrait aux parents de pouvoir choisir le projet éducatif correspondant le plus à leurs enfants et à leurs aspirations. Cette première étape permettra de créer et renforcer un nouveau lien de confiance entre les parents et les établissements. Ce lien est essentiel à la refondation de l’école.
Enfin, il est urgent de restaurer l’autorité de l’enseignant et de l’aider à assumer pleinement son rôle. Il faudrait pour cela renforcer leur formation tant au niveau pédagogique mais aussi disciplinaire.
Ces trois axes de travail seront essentiels pour obtenir une école nouvelle et performante pouvant véritablement remplir son rôle : celui de former et d’instruire les futurs forces de la Nation.


Document à télécharger
Anne Coffinier
DG de la Fondation pour l’école

Partager l'image

Partager la page

Partager l'image

Partager l'image

Laisser son mail pour être informé