L'insoutenable attente des français

19-06-2017

Il y a six mois, tout allait bien pour la droite madame la marquise. Et puis l’histoire, qui avait été oubliée, s’est à nouveau invitée. Une main invisible a jeté le trouble sur la probité de François Fillon. Ce dernier, abandonné par ses pairs, dont la plupart n’ont pas fait campagne pour lui, a eut beau se défendre, il n’a pas remonté la pente.

Le peuple a alors décidé de reprendre en main son destin, démocratiquement, sans violence, c'est-à-dire avec une petite feuille de papier imprimée, son bulletin de vote. Le peuple a pris au mot les responsables politiques qui ne cessaient de lui dire que le monde avait changé et qu’il fallait qu’il change à son tour. Le peuple a donc voté pour le changement en renvoyant au rayon des antiquités les vieux partis et leurs vieux leaders.

Depuis, les Français donnent le sentiment d’être en état de pâmoison devant son nouveau président de la République. Hier ils lui ont offert une majorité absolue à l’Assemblée nationale. En apparence, tout va très bien monsieur le président.

Cependant, le temps de la conquête et de la communication est terminé. Celui de la mise en oeuvre est là. Emmanuel Macron est face à son destin. Il est seul, mais armé des pleins pouvoirs. Pour mettre en œuvre ses promesses électorales vertigineuses - redressement national, baisse du taux de chômage, lutte contre les déficits, refonte de l’éducation nationale, relance du projet européen, etc. ; pour redonner confiance aux Français, reconstituer leur unité mise à mal par son prédécesseur ; pour répondre à toutes ses interrogations qui n’ont pas disparu en dépit de leur absence pendant les débats télévisés des campagnes présidentielle et législatives : identité, société, sécurité, justice sociale.

Il appartient également aux députés de tenir leur promesse de faire de la politique autrement. Mais le pourront-ils ? Le secrétaire d’Etat Chargé des relations avec le Parlement, Christophe Castaner, les a mis en garde ce matin « Je souhaite que les nouveaux députés #LREM n'oublient pas d'où ils viennent et qu'ils ont été élus grâce à la dynamique #Macron. » Il appartient aussi aux opposants de faire ce pour quoi ils ont été élus en démocratie : s’opposer. Mais en seront-ils capables sans apparaître mauvais joueurs ?

Enfin, il appartient au président de la République de garder à l’esprit que rarement une nouvelle majorité aura été élue avec aussi peu d’adhésion populaire, 57% des Français n’ayant pas voté hier. C’est très faible quand 50% du corps électoral a voté aux présidentielles pour deux partis qui souhaitent renverser la table. C’est fragile quand le paysage politique est totalement méconnaissable, ses acteurs en majorité inconnus.

L’attente des Français est désormais insoutenable. Ils veulent tout maintenant, tout ce qui leur a été promis, vendu, y compris la naissance d’un nouveau monde politique où plus rien ne sera comme avant. Au président de la République d’agir : action ! Tout le reste est littérature.

Sabinius

Derniers Billets

Laisser son mail pour être informé